Projet scientifique
Axe 1 : Fabrications de l’urbain (2016-2024)

Une architecture de promoteur pour le logement social : la Véfa-HLM

Soutenance de la these de Anne-Laure Jourdheuil Hincker,
sous la direction de
Véronique Biau et Yankel Fijalkow
Lieu : Université de Nanterre
Salle des thèses
Date : Mardi 2 juillet à 14h00
Type d’action scientifique : Soutenances

Composition du jury :

  • Monsieur Chadoin Olivier MCF HDR ENSAP Bordeaux `
  • Madame Jaillet Marie-Christine Directrice de recherche au CNRS LISST (UMR 5193, Université de Toulouse,
  • Madame Pollard Julie Maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne
  • Madame Zetlaoui-Léger Jodelle, Professeur, Ensa Paris La Villette
  • Madame Biau Véronique Architecte-Urbaniste en chef de l’Etat, HDR, LET-LAVUE, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La Villette, Co directrice de la thèse
  • Monsieur Fijalkow Yankel Professeur HDR CRH-LAVUE, Ensa Paris Val de Seine Co directeur de la thèse

Résumé de la thèse,

La production de logements locatifs sociaux par les promoteurs immobiliers privés, et leur acquisition en Véfa par les bailleurs sociaux, est un nouveau mode de production des HLM. Elle induit à la fois des reconfigurations dans les stratégies des acteurs, dans l’architecture de l’habitat et dans les relations sociales de voisinage.
Pour analyser le développement de la Véfa-HLM et ses conséquences, deux approches ont été mobilisées : une étude statistique et cartographique à l’échelle du territoire francilien et une enquête qualitative décomposée en quatre étapes - entretiens avec des acteurs de la production de la ville, analyses de la conception et de la réalisation d’opérations mixtes, enquête sur la médiatisation des projets de logements contemporains et étude des incidences en matière de gestion de ce mode de production.
Par la mixité des statuts qu’elle induit, la Véfa-HLM est un outil mobilisé au nom de la construction de la mixité sociale. Cette thèse montre que la Véfa-HLM participe à une diversification de la production du logement social en France et à une reconfiguration des relations entre promoteurs, bailleurs et collectivités locales. Face aux évolutions de leur cadre d’intervention, les architectes sont amenés à sortir de la dualité public/privé dans la structuration de leurs activités. Montrant l’existence d’un lien de causalité entre type de maître d’ouvrage et qualité de la production, ce travail met en lumière la permanence du caractère hétérogène des définitions des qualités architecturales du logement neuf.
Cette thèse contribue ainsi à l’analyse des mutations dans les pratiques et représentations des acteurs engagés dans la fabrication de la ville.
Mots-clés : organismes HLM, promotion immobilière, collectivités locales, architectes, qualités architecturales, opérations mixtes, vente en état futur d’achèvement.

Consulter l'article sur son site d'origine (CRH)
Sur le même axe
Axe 1 : Fabrications de l’urbain (2016-2024 )